Lettre ouverte à M. Emmanuel Macron – Président de la République


Les élections présidentielles et législatives sont passées. Le travail parlementaire va débuter. A travers le projet Latitudes Food, nous avons souhaité interpeller directement le président de la république afin qu’il précise ses intentions, ainsi que celles de sa majorité, sur les questions d’alimentation et d’agriculture.

Le 22 mai 2017,

 

Lettre ouverte à M. Emmanuel Macron
Président de la République Française,

 

Monsieur le Président,

Je viens de parcourir, seul, 7 000 km à vélo, en quatre mois. De la France au Sénégal. Une sorte de Paris-Dakar citoyen à la découverte des initiatives durables liées à l’alimentation, l’agriculture et la protection de notre environnement.
Ce sont ces thématiques qui, trop souvent passées sous silence ces derniers mois, me poussent aujourd’hui à solliciter votre attention.

A ce projet, Latitudes Food, se sont associés des citoyens soucieux de notre avenir ainsi que des enfants de différentes classes en France et dans les pays que je traverse.

Beau projet me dit-on. Malheureusement une colère mêlée à un sentiment d’injustice grandit au fil des kilomètres. En cause, le fait d’être témoin d’aberrations dans l’organisation du système alimentaire mondial.
Certes un témoin rapide, peut-être superficiel n’étant ni agronome, ni climatologue et n’ayant sans doute pas tous les éléments pour comprendre les interactions de ce monde.
Mais je discute, je vois, j’écoute, je constate les choses.

A partir de ces constats, comment expliquer aux enfants qui me suivent, les raisons pour lesquelles nos paysans ne vivent plus de leur travail ;
Comment leur expliquer que nos vaches mangent des céréales OGM venus du lointain Brésil ;
Comment leur expliquer que ces cultures intensives détruisent les sols, mettent en danger la biodiversité et dérèglent le climat ;
Comment leur expliquer qu’avec ces changements, les déserts avancent et les océans se réchauffent, provoquant disparition de poissons et surpêche, mettant en danger toute la sous-région de l’Afrique de l’Ouest ;
Comment leur expliquer que certains de ces travailleurs privés de ressources deviendront bientôt migrants pour essayer de rejoindre l’Europe en quête d’un avenir meilleur ;
Comment leur expliquer que ce sont ces mêmes migrants qui sont, en Espagne, travailleurs agricoles exploités pour la production de tomates hors saison pour notre simple « plaisir » d’en manger en hiver ;
Comment leur expliquer que ces fruits et légumes nécessaires à leur bonne santé peuvent être nocifs en raison de résidus de produits chimiques ;

Que leur répondre quand ils vous disent « mais, ça n’a pas de sens ! ».

Alors oui, aujourd’hui, notre système alimentaire n’a pas de sens mais cette litanie du chaos nous montre cependant que tous les enjeux de société – immigration, nutrition, santé, éducation, agriculture, souveraineté alimentaire, emploi, réchauffement climatique, vie des territoires, biodiversité – sont en lien de près ou de loin avec l’alimentation ;

Et répondre à ces enjeux est d’une nécessité vitale. Vous l’avez, vous-même, dit dans votre discours le soir de votre victoire, vous avez « gagné un droit qui oblige ». Aujourd’hui, l’obligation d’agir est là.

Heureusement les initiatives d’avenir, les solutions, comme nous essayons de le montrer avec le projet Latitudes Food, sont déjà en marche !
Sous la bannière de l’agriculture paysanne, diversifiée, à taille humaine, productive, durable, respectueuse de la biosphère et généralisable à l’ensemble de notre planète, ces initiatives fourmillent, bouillonnent, essaiment mais elles ont besoin d’appui pour changer d’échelle.

Dans votre programme, beaucoup de propositions ont été faites, dont certaines ont été chiffrées, mais avec l’objectif de soutenir quel modèle de société ?
Celui d’une agriculture intensive en intrants et en capitaux ou d’une agriculture paysanne durable et créatrice d’emploi ?
Celui d’une concurrence internationale libre ou celui à inventer d’un principe d’exception agricole ?
Celui de la sélection génétique en laboratoire ou celui de la préservation de la biodiversité par le savoir-faire paysan ?
Celui d’une nation fière de ses paysans, qui façonnent la France ?

Paysan, un beau mot – comme vous l’avez souligné – dont il faudrait redorer l’image.

Ce sont ces interrogations qui nous animent aujourd’hui, nous acteurs du projet Latitudes Food, mais aussi comme beaucoup de citoyens soucieux de notre avenir à tous.
En attendant que vous apportiez des réponses à nos interrogations, nous tenons, M. le Président, à votre disposition nos expériences locales et nos témoignages.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de notre profond respect ainsi que nos félicitations pour votre élection.

 

P/ Latitudes Food
Anthony Marque

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *