Les produits bios c’est pour les biobios !


L’agriculture biologique ne manque pas de préjugés. Parmi ceux-ci nous entendons souvent que consommer bio c’est pour les bobos, qu’il faut avoir les moyens, que ce n’est pas donné à tout le monde. Nous n’allons pas tenter de vous convaincre  que consommer 100% bio ne serait pas plus cher qu’un circuit « plus conventionnel » cependant, est ce que c’est toujours aussi simple que ça ? Avant d’illustrer  notre propos en prenant l’exemple des oranges, qui est le produit qui nous intéresse ce mois ci, nous allons faire un petit crochet pour comprendre quels types de produits sont consommés mais aussi la tendance de la consommation bio.

Manger bio est souvent un acte citoyen en faveur de l’environnement et de sa santé, de la part de personnes qui n’ont pas forcément de gros moyens. D’après les derniers chiffres du Baromètre Agence BIO / CSA, près de 9 Français sur 10 ont consommé des produits bio en 2016, près de 7 sur 10 disent en consommer régulièrement. On est loin des chiffres enregistrés par la première édition du Baromètre : en 2003, 46% des Français ne consommaient jamais de produits bios. Cette évolution a lieu dans un contexte où les Français accordent de plus en plus d’importance à la préservation de l’environnement dans leurs actes d’achat. A l’opposé, les principaux freins à l’achat des produits biologiques demeurent le prix et le manque de réflexe.

Une des conséquences de cette évolution se traduit par la multiplication des points de vente, les grandes surfaces se positionnent. Mais à quel prix ? En vente directe chez le producteur, dans les magasins spécialisés ou en hyper, les coûts varient. Le type de produits aussi. Nous avons fait le test dans le Puy de Dôme et en Drôme, voilà un aperçu de ce que ca donne pour les oranges.

Prix relevés au mois de février (au kg)

Orange
Drome
AMAP / Bourg lès Valences 1.90 €/kg
BIOCOOP / Valence 1.79 €/kg
Puy de Dôme
Magasin bio Clermont 1.89 €/kg
Grande surface Clermont / Oranges « conventionnelles » 1.90 €/kg
Grandes surfaces / Oranges non traitées 2.69 €/kg

 

Ces quelques prix ne sont pas une vérité absolue et sont valables à un moment donné, sur quelques produits, par contre ils démontrent que les produits bios ne sont pas forcément toujours plus chers que les produits conventionnels et que c’est aussi notre rôle de consommateur que d’identifier les « bons plans » et de vérifier par nous même sans nous laisser guider que par les annonces des grandes surfaces.

Une étude de 60 millions de consommateurs démontre, qu’au niveau des fruits et légumes les « meilleurs prix » sont loin d’être l’apanage des hypermarchés mais se trouvent fréquemment dans les magasins spécialisés… car il s’agit de produits de saison. En grandes surfaces, plus d’un tiers des fruits et légumes bio sont importés ; ils sont moins chers à l’achat mais ces enseignes prennent une marge souvent conséquente sur ces produits qui rend leur coût plus élevé que dans certains magasins bio. Or selon l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, sur 100 euros dépensés dans l’alimentation en grande surface, 37,6 euros reviennent aux supermarchés, 13,20 euros à l’industrie agroalimentaire et 8,20 euros aux agriculteurs (c’est pas moi qui le dit c’est le figaro). En circuit court, via des épiceries paysannes ou des sites de ventes en ligne par exemple, la marge de l’intermédiaire reste bien en deçà de celle des hypermarchés. Ainsi, sur 100 euros de courses, près de la moitié revient au producteur et l’autre moitié à l’intermédiaire qui transporte et vend les produits.

Les fruits et légumes sont d’ailleurs les principaux produits consommés en bio.

« Perception et consommation des produits biologiques, L’édition 2016 du baromètre Agence Bio/CSA  

Même s’il n’est peut être pas possible, pour tout le monde de faire l’intégralité de ses courses en magasins bios, certains produits sont accessibles et même compétitifs c’est notamment le cas des fruits et légumes de saisons. Certains magasins signalent les produits comme « La bio je peux ». Cuisiner de la viande moins souvent, préférer transformer soi même des légumes de saison, faire des commandes groupées, privilégiés les circuits le plus court possible, sont des astuces permettant de manger sain tout en limitant les coûts !

L’angle de cet article est volontairement axé autour du coût des produits issus de l’agriculture biologique et nous avons cherché à donné quelques pistes pour montrer que ce n’est pas toujours plus cher cependant il ne faut pas occulter que de différences de prix entre des produits bios et non bios trouvent leur explications dans des différences de qualité, de conditions de travail, d’éthique… De plus le coût des produits issus de l’agriculture conventionnelle peuvent nous sembler moins cher cependant ils cachent les effets néfastes que peut entraîner une agriculture non respectueuse de l’environnement (notamment les coûts sanitaires concernant le traitement des maladies liées aux pesticides, les coûts environnementaux de pollution des eaux et des sols …). Ces coûts, bien qu’ils ne soient pas intégrés dans les coûts d’achats sont bel et bien des coûts supportés par l’ensemble de la société.

 

 Web

http://www.agencebio.org/

L’édition 2016 du baromètre Agence Bio/CSA « perception et consommation des produits biologiques »  (synthèse et rapport complet téléchargeables ci-contre) vous donne des clés pour mieux comprendre la consommation bio.

http://www.leparisien.fr/espace-premium/fait-du-jour/le-bio-s-impose-dans-nos-assiettes-16-05-2016-5798639.php

(http://www.60millions-mag.com/2013/01/11/le-bio-pas-si-cher-qu-il-en-l-air-7838)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *