Semaine 15 – Latitude 26 : Boujdour 9


Ce soir ce sera nuit au camping. Le vélo et moi avons grand besoin d’une toilette complète avec tout le sable accumulé ces derniers jours sur les routes du Sahara. Et si moi je trouve ça désagréable (le sable, pas la toilette, hein !), le vélo, lui, n’apprécie pas du tout et crie depuis ce matin à chaque tour de chaîne.

Hormis cela, cette partie de la route se déroule sans aucun problème. L’accueil est toujours sympathique, les points de ravitaillement suffisamment nombreux pour ne pas manquer et côté sécurité, je n’ai jamais senti le moindre sentiment d’inquiétude durant tout le trajet.

Bref, nous arrivons donc à Boujdour dans un camping d’une qualité bien inférieure à n’importe quel bivouac « sauvage » que je peux faire, mais il nous offre un point d’eau et un endroit adapté pour que je puisse toiletter ma monture.

Plusieurs camping-cars passent la nuit ici aussi. Je papote avec une dame à mesure que je bichonne le vélo. Nous discutons de lieux communs, voyage, vie en France, famille… Elle a un petit-fils dans mes âges qui visiblement aime les voyages aussi, mais elle n’aimerait pas qu’il fasse comme moi. Pas que ce ne soit pas une belle expérience mais ce n’est pas avoir une vie normale… Normale, le terme est lâché !

Mais qu’est-ce donc qu’une vie normale ? Une femme, de beaux enfants, un crédit à payer, un épagneul anglais et un coupé-cabriolet ? Est-ce cela la normalité ? Un parcours tracé comme un cliché ? Ha… c’est un sujet digne d’une épreuve du bac de philo.
Voilà qui tombe bien, le désert et ses longues étendues (qui durent bien plus longtemps qu’une épreuve du bac) sans parler à personne hormis à son vélo (j’espère que ce n’est pas trop grave, docteur) sont favorables à la réflexion et la divagation de l’esprit.

Je planche donc sur la normalité de ma vie. Le voyage et les conditions dans lesquelles je me suis imposé de le faire, loin d’une vie matérialiste, force à me poser la question de ce qui est essentiel pour moi dans la vie.

Chose est sûre, si l’objectif c’est d’être heureux, alors il est sûr que je trouve plus de bonheur dans des choses à vivre que dans des choses à posséder. La vie que je mène me paraît donc tout à fait normale et dans la logique pour que je sois heureux.

Ceci dit, outre les exigences matérielles indispensables pour une vie décente que chacun devrait pouvoir acquérir, n’étant pas des machines, heureusement que nos vies ne sont pas semblables et qu’elles dépendent de chaque personnalité.

Toutefois, s’il devait peut-être y avoir une règle qu’il serait bon de suivre, c’est justement de s’affranchir de toutes les règles que nous imposent les clichés de la société et l’ordre établi. Doués de conscience, nous sommes tous capables de décider nous-même. Nous n’avons besoin d’aucune publicité consumériste, d’aucune pression sociale pour nous dicter comment nous devons vivre notre vie.

Ainsi donc cette vie, où je vis chaque instant, proche de la nature et à son rythme, avec son lot de rencontres, de découvertes, d’apprentissages notamment sur mes propres capacités est pour moi d’une grande richesse. Je ne peux donc que souhaiter à chacun la même liberté, (re)connecté à l’essentiel afin de vivre une vie à soi. Mais pas une vie pour soi. Bien une vie ouverte aux autres et sur le monde qui nous entoure et en pleine conscience des choix qu’il nous est donné de faire au quotidien pour contribuer à créer une société qui nous correspond.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Semaine 15 – Latitude 26 : Boujdour

  • MARTINEZ M. Rose

    Bonjour ou bonsoir Anthony ! Je découvre une belle personne chez ce jeune homme sage qui partageait mon bureau !

    Bonne route et continue à nous faire rêver !

  • Pradier

    troooooo booo cet article. C’est toi qui a raison…. vis ta vie comme tu l’entends….
    Moi je me régale à chaque article. Je commençais à trouver le temps long sans nouvelles.
    où es-tu???? combien de kms parcourus déjà?????
    continue de bien t’éclater et de faire de belles rencontres qui enrichisse.
    A bientôt de te lire.
    Veille d’élection ici… si on pouvait tout bousculer!!!!!!

    • lafabriquecitoyenne Auteur de l’article

      Salut Pépita,
      Merci pour ton message pour savoir où j’en suis et le nombre de kilomètres parcourus, rendez-vous sur la page d’accueil du site web.
      On trouve le nombre de kilomètres et le parcours détaillé !
      A bientôt

  • laurence

    En effet, ce voyage en solitaire porte à la réflexion apparemment.
    Super ton article, d’accord avec toi sur « vivre en pleine conscience »
    pas toujours évident quand même.
    bises
    laurence

    • lafabriquecitoyenne Auteur de l’article

      Bonjour Laurence,

      Non pas toujours évident ! C’est sans doute même la chose la plus dure. C’est un questionnement de tous les jours sur les choix que l’on fait. Mais ça procure une belle liberté quand on y parvient.
      A bientôt,
      Anthony

  • Isabelle

    Ravie de suivre tes pérégrinations et tes réflexions philosophiques. La lecture de tes articles permet de faire une parenthèse. Merci pour les photos.
    François est revenu dans le coin et tu auras peut-être de ses nouvelles.
    Bonne route et à la prochaine

    • lafabriquecitoyenne Auteur de l’article

      Faisons en sorte que cette parenthèse ne le soit plus en tout cas dans les choix que l’on fait au quotidien !
      Merci et à bientôt